Top 14 : Face aux critiques, l’arbitre Mathieu Raynal met les joueurs face à leurs responsabilités

Qui dit nouvelle saison dit (très souvent) nouvelles règles, ou tout du moins nouvelles attitudes des arbitres. Et cette année (encore), c’est le secteur de la mêlée qui est particulièrement scruté par l’arbitrage, avec une volonté de « perdre moins de temps » sur ce secteur de jeu. Si ces consignes ne plaisent pas forcément à tout le monde – joueurs, entraîneurs mais aussi public – et demandent un certain temps d’adaptation, l’arbitre international Mathieu Raynal assure lui que les hommes en noir – ou en vert, ou en rose – sont « tributaires des joueurs ».

« En se montrant strict sur les consignes, c’est sûr qu’on va nous incriminer, regrette-t-il dans les colonnes de L’Équipe ce mardi. Mais ce sont des directives données au plus haut niveau, quitte à ce que les gens disent : « C’est à cause de cela qu’on ne voit pas de jeu. » Si les joueurs proposent un jeu hyper discipliné, en mêlée ou sur le jeu au sol, on sifflera moins et on nous verra moins. J’ai dirigé Toulouse-Montpellier lors de la première journée et les joueurs ont été disciplinés en mêlée. Sur les treize mêlées, onze se sont jouées, soit plus de 80%. Quand les joueurs se donnent les moyens de disputer les mêlées loyalement, on arrive sur des grands standards. Un autre exemple, hors mêlées, qui date de la saison dernière : j’ai dirigé Leinster-Wasps en Champions Cup, j’ai sifflé un total de douze pénalités. Le week-end suivant, lors de Clermont-Toulon, j’en ai sifflé trente et une ! Nous, arbitres, sommes tributaires des joueurs. » 

 

 

Crédit photo : Sud Ouest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *