Top 14 – ITW David Attoub (LOU Rugby) : « On est à l’orée d’une montagne »

Tout comme son club, David Attoub effectuera ce samedi son retour en Top 14, à l’occasion de la rencontre entre le LOU et Brive au Matmut Stadium (coup d’envoi à 20h45). Impatient de retrouver le plus haut niveau du rugby français, le pilier a accepté avec une grande gentillesse de répondre à nos questions, parfaitement conscient de la difficulté de la tâche qui attend les siens.

 

David, à un petit jour de la reprise du championnat, comment se sent le groupe ?

David Attoub : On se sent bien. Après, seule la vérité du terrain comptera. Demain, c’est le moment de vérité. On a tous envie de bien figurer, de bien démarrer. À titre personnel, je suis impatient de retrouver le Top 14, j’ai envie de tout donner pour ce club et pour que le LOU se maintienne.

 

Quels ont été les discours des coachs cette semaine ?

D.A. : Il y a beaucoup de sérénité dans le discours des coachs. On connaît la rigueur que demande le Top 14, qui est un championnat rude, compliqué. On a la capacité de bien y figurer. Mais je ne pense pas que commencer par Brive soit une bonne chose. C’est une équipe qui monte, qui a fait chuter des gros la saison dernière. Cela va donner un attrait supplémentaire à la rencontre.


Que craignez-vous de cette équipe briviste ?

D.A. : Ils ont un effectif stable, renforcé par deux-trois joueurs chaque année à des postes clés. C’est une grosse équipe, on connaît sa valeur. Ils ont un bon paquet d’avants et savent mettre de la vitesse derrière.

 

Et commencer à domicile, avantage ou inconvénient ? 

D.A. : J’aurais préféré commencer à l’extérieur, cela nous aurait permis de nous tester sans trop de pression négative sur les épaules. Après, jouer à la maison peut permettre de te rassurer d’entrée. On l’a vu avec Paris l’année dernière, quand tu commences mal la saison, c’est plus compliqué ensuite. Et puis, les matchs, il faudra tous les faire. On est à l’orée d’une montagne. À nous de la monter.

 

Dans un coin de votre tête, pensez-vous à une éventuelle place parmi les 6 en cas de bon début de championnat ? 

D.A. : Il faut rester les pieds sur terre. On a dominé le Pro D2 la saison dernière mais je n’ai pas eu le sentiment que ça a été si facile que ça. De dire qu’on va faire le top 6, c’est utopique. Comme j’aime à le dire, c’est quand on perd et que c’est compliqué qu’on voit les grandes équipes, celles qui arrivent toujours à s’en sortir. L’année dernière, la vie de groupe était facile avec toutes nos victoires. On a créé « un truc », il faut le poursuivre.

 

Sur le papier, le LOU possède un effectif séduisant…

D.A. : Tout à fait, sur le papier, on a une belle équipe de noms. Mais tout le monde va essayer de nous faire tomber. Dans ce championnat, ça tape fort, personne ne lâche jamais. Ça va être un beau championnat encore, il n’y a plus de petites équipes. C’est pour ça que l’état d’esprit sera déterminant. Une phrase me revient : « quand tu ne t’aimes pas à l’extérieur, tu ne peux pas t’aimer sur le terrain ». Il ne faut pas que le rugby devienne un sport individuel où chacun pense d’abord à sa personne.

 

Justement, comment se passe l’intégration des recrues ?

D.A. : Les recrues ont vraiment fait l’effort. Les étrangers se forcent à parler français par exemple. On est partis en stage, c’était dur, on en a bavé. Une équipe est en train de se mettre en place. Maintenant, comme je l’ai dit, la vérité se situe sur le terrain. Les matchs amicaux servent surtout à effectuer des réglages, mais tu ne te donnes pas comme en championnat.

 

Là aussi, cette première journée va être révélatrice… 

D.A. : On va savoir où on en est, notamment au niveau de la mise en place de notre jeu. Il nous faudra aussi gagner nos 1 contre 1 et être disciplinés. Avec Gaëtan Germain en face, ça peut faire mouche même à 50 ou 60 mètres.

 

 

 

Crédit photo : LOU Rugby

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *