Top 14 : Laurent Marti vise le MHR, « Il y a des clubs qui ont une faculté à penser qu’ils peuvent contourner le règlement »

Si la rencontre entre l’UBB et le MHR n’a pas franchement été emballante sur le terrain, elle a en revanche été un peu plus agitée en coulisses. Le président de la formation girondine Laurent Marti a en effet porté réclamation à l’issue du coup de sifflet final. La raison ? Le remplacement d’Yvan Reilhac par François Steyn à un peu plus de dix minutes du terme. Marti affirme que le premier nommé n’était pas blessé, et que le coaching du MHR est par conséquent irrégulier.

Laurent Marti : « Il faut bien qu’il y en ait un qui dise stop »

« La Ligue a vu dès la première journée qu’il y avait des abus, elle a écrit à tous les clubs dès la première semaine. Elle a vu qu’il y avait des abus lors de la 2e journée, elle nous a réécrit. Et ça continue (…) A un moment donné, il faut bien qu’il y en ait un qui dise stop, explique-t-il dans une interview à l’AFP. Donc je porte réclamation. Maintenant ils vont certainement trouver une blessure (au centre Yvan) Reilhac mais tout le monde a vu que Reilhac est sorti en sprintant, donc il n’était pas blessé. »

S’il sait pertinemment que sa réclamation n’a que peu de chances d’aboutir, Laurent Marti veut marquer le coup, pour faire comprendre à certains que le réglement est le même pour tous. « J’insiste, c’est l’élu du comité directeur de la Ligue qui agit, ce n’est pas le président de l’UBB. Le président de l’UBB se mange un mauvais match, un mauvais résultat, on la joue humble et on ne dit rien mais tout le monde a vu que Reilhac n’était pas blessé. Ce que je vise, c’est qu’il y a un règlement, il faut que tout le monde le respecte, surtout qu’il y a des clubs qui ont une faculté à penser qu’ils peuvent contourner le règlement. Il faut faire comprendre que ce n’est pas possible. » Le message est passé…

 

 

Crédit photo : Icon Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *