Top 14 – Pau : La charge du président contre les équipes ne respectant pas le salary cap !

Comme les doublons, le salary cap est un sujet qui agite constamment le monde du rugby et qui ne cesse de faire parler. Nouvelle démonstration aujourd’hui, avec le président de la Section Paloise Bernard Pontneau, pourtant assez discret habituellement à ce sujet.

« On est dans un système que le rugby a fabriqué, qui est un cauchemar très français. Des usines à gaz comme les Jiff (Ndlr, joueur issu des filières de formation) ou le salary cap. C’est un peu comme les impôts : ce sont des lois qui ne sont pas respectées par certains. Tout le monde le sait, mais ça continue quand même : ça fausse tout », explique Pontneau sur le site internet de Sud-Ouest.

Pontneau : « Je me pose des questions »

Et le président de citer l’exemple de son club pour donner du sens à ses propos. « On est très proche du salary cap. Et quand on voit que ce que font d’autres écuries, je me dis qu’il y a deux types de rugby : celui qui respecte les fondamentaux, et celui qui le les respecte pas. Il faut quand même que les instances, dont je fais partie, posent les règles pour le faire contrôler et respecter. »

Clairement, Bernard Pontneau vise certains clubs, sans les nommer bien sûr. « On avoisinera des masses salariales de l’ordre de 8,5 millions d’euros l’année prochaine. Quand certains ajoutent à cela sept ou huit stars, voire dix parce qu’ils ont un banc et un arrière banc, je me pose des questions. C’est un facteur deux par rapport à nous : ce n’est plus une glissade, c’est du trafic en bande organisée. »

 

Crédit photo : République des Pyrénées 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *