Top 14 / Pro D2 – La chronique de Damien Neveu : Ne parlons pas reconversion, parlons projet de vie !

Après quelques semaines d’absence, la chronique de Damien Neveu fait son grand retour sur Tribune Sports ! Et ce jeudi, le demi de mêlée de Colomiers Rugby aborde le sujet de la « deuxième vie » des joueurs professionnels une fois les crampons raccrochés ! 

 

Tu sais ce que tu feras à l’issue de ta carrière ? À cette question, la majorité des joueurs est tout simplement incapable de répondre avec certitude, tout simplement parce que, bien souvent, nous n’en avons pas la moindre idée… En effet peu de joueurs en activités sont capables de répondre avec conviction sur leur avenir d’Homme. Tout ça est un peu flou, et puis c’est encore loin….

 

Une question délicate pour plusieurs raisons

D’abord parce que, même si bon nombre de joueurs ont un cursus scolaire initial validé autour de 20 ans, il est difficile de se projeter sur ce que l’on fera dans 10 ou 15 ans à l’issue de notre carrière… C’est une parenthèse de vie durant laquelle il est compliqué de concilier à la fois le rugby et formation universitaire ou professionnel. Le rythme étant peu compatible avec une autre activité, les clubs et les entraîneurs ne sont pas toujours des plus favorables (et cela nous va bien) pour que l’on sacrifie un entraînement ou un match pour un stage, un cours ou un examen.

Un autre paramètre est à prendre compte : le changement de club, fréquent tout au long d’une carrière, mais également de ville et aussi de vie. Avec nos contrats à durée déterminée, il est compliqué de s’investir ou de construire un projet quand on ne sait pas le temps que l’on va passer à un endroit. Mais cela fait parti des règles du jeu !! Nous devons faire avec… On vit dans une bulle pendant plusieurs années et, lorsqu’elle éclate, on prend la réalité de la « vraie vie » en pleine gueule. Et il faut alors, dans l’urgence, trouver des réponses à toutes ces questions…

 

Mais alors, comment anticiper l’après ?!

Il n’y a pas une bonne recette à mon sens, chacun doit se poser la question et essayer de trouver ses propres réponses. Je pense cependant qu’il est important de garder cela à l’esprit tout au long de ses années de carrière, rester ouvert et sensible sur ce qui se passe à l’extérieur. Faire en sorte que la réflexion mûrisse et que le cheminement personnel permette de trouver quelques réponses et, surtout, de se donner les moyens d’atteindre de nouveaux objectifs.

L’idéal pour ma part, et ce depuis longtemps, serait de pouvoir choisir ma sortie et non de continuer à jouer au rugby par défaut pour gratter le maximum ! J’ai toujours eu à l’esprit « l’après » mais concrètement comment s’y préparer ? Actionner les quelques leviers que l’on a à notre disposition :

Provale (syndicat des joueurs professionnels de rugby) œuvre depuis longtemps dans l’accompagnement de la formation et la reconversion des joueurs. Il propose bon nombre de formations en tout genre et a même depuis quelques années mis en place des formations totalement dédiées aux joueurs, et donc adaptées à nos rythmes.

 

Doter son arc d’un maximum de cordes

Cette année le syndicat a encore franchi un cap en mettant en place – conjointement avec l’école de commerce de Toulouse (TBS) – la première promotion exclusivement composée de joueurs pour une formation diplômante. Celle-ci requiert un niveau minimum mais n’est pas sélective d’un point de vu géographique, puisque le format proposé permet de pouvoir bénéficier de la formation quel que soit le lieu de résidence du joueur ! Voilà encore une étape de plus dans l’accompagnement et la volonté d’aider les joueurs à préparer leur « après ».

D’autres pistes peuvent également être activées. Chaque club professionnel bénéficie en effet d’un réseau de partenaires professionnels suffisamment conséquent pour que les joueurs en profitent et s’en rapprochent, dans le but d’assouvir leurs curiosités en découvrant tel ou tel secteur d’activités, afin de les conforter ou non sur des projets futurs. Évidemment ce ne sont que des outils mis à disposition, et il ne tient qu’à nous de les utiliser…

Il est donc important, je pense, durant ces belles années de doter son arc d’un maximum de cordes. Pour cela, il est nécessaire de se prendre en main et d’être acteur dans sa réflexion personnelle, mais aussi dans l’action mis en œuvre, afin de  de vivre une « seconde vie » tout aussi excitante que la « première ». Afin d’être capable de répondre à  là question, « que feras tu après ta carrière ?! » sans trembler !

 

 

 

 

Crédit photo : Colomiers Rugby – Jean-Louis Mevel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *