Top 14 / Toulon – Clermont : Les enseignements à retenir de l’exploit clermontois

Après sa lourde subie défaite à l’aller (9-35), Clermont a réussi le tour de force de s’imposer à Marseille face au RCT (19-18). Un essai de Damien Chouly à quelques minutes du terme a rendu l’exploit clermontois possible, alors que les Toulonnais ont eux de nombreux blessés à déplorer. Voici les enseignements à retenir de cette rencontre.

De la casse à Toulon

Plus inquiétant encore que ce revers concédé à domicile, ce sont surtout les blessures qui peuvent inquiéter les Toulonnais à l’issue de cette rencontre. Très tôt dans la partie, l’arrière Drew Mitchell et le talonneur Guilhem Guirado ont en effet quitté le terrain. Le premier était touché aux adducteurs, alors que le capitaine de l’équipe de France était lui blessé à l’épaule droite. Ces deux éléments sont incertains pour le quart de finale européen face au Racing le week-end prochain. Des absences qui pourraient évidemment être préjudiciables si elles venaient à se confirmer dans la semaine.

Tactique risquée au RCT

S’ils avaient initialement décidé de placer trois arrières sur le banc des remplaçants pour cette rencontre, les entraîneurs toulonnais ont finalement changé leurs plans au dernier moment ce matin. Au vu des conditions météorologiques, Bernard Laporte et son staff choisissaient en effet de mettre Charles Ollivon sur le banc plutôt que le polyvalent James O’Connor. Sauf que cette tactique aurait pu s’avérer être dangereuse. Une fois Frédéric Michalak entré en cours de jeu à la place de Drew Mitchell à la 24e, il ne restait que le seul Eric Escande sur le banc des remplaçants pour les arrières…

L’adaptation de l’ASM

Alors que Frédéric Michalak reconnaissait après la rencontre que les Clermontois étaient parvenus à se nourrir des erreurs de leurs adversaires, Morgan Parra insistait lui sur un autre point. « On a peut-être envoyé moins de jeu mais on a su s’adapter », expliquait le demi de mêlée. Un constat des plus réalistes de la part du demi de mêlée. Dans un match cadenassé, avec deux grosses défenses face à face, les jaune et bleu ont en effet mis moins de volume que sur certaines rencontres. À raison donc, puisqu’ils ont su frapper au bon moment pour s’imposer. Surtout, les hommes de Franck Azéma n’ont jamais donné l’impression de paniquer. Même menés 9-0 au bout de 20 minutes de jeu, ils ont su se remettre les idées en place, pour revenir peu à peu dans la rencontre et décrocher les quatre points de la victoire au finish.  

Le hold-up clermontois

Si le terme hold-up est légèrement exagéré, c’est en tout cas un véritable exploit qui a été réalisé par les Jaunards ce dimanche. Car si les coéquipiers de Morgan Parra ont constamment collé au score et n’ont jamais été détachés par les locaux au tableau d’affichage, ils n’auront au final mené que… cinq petites minutes dans cette rencontre, les 5 dernières. C’est l’international français Damien Chouly, servi par l’intenable Raka, qui donnait l’avantage et la victoire aux siens à la 75e.  

Michalak, comme un symbole

Le demi d’ouverture Frédéric Michalak est le parfait symbole de cette défaite toulonnaise en ce dimanche. Alors que c’est lui qui passait la semaine dernière la pénalité de la gagne face au Racing 92 à Lille, c’est également lui qui, aujourd’hui, faisait tomber le dernier ballon d’attaque du RCT, précipitant ainsi la fin de la rencontre et donc par conséquent la défaite des siens.  

Clermont imite Toulouse

L’année dernière, déjà au stade Vélodrome, c’est le Stade toulousain qui avait créé la sensation en s’imposant devant le RCT. Sensiblement à la même période (28 mars 2015), les rouge et noir avaient passé la bagatelle de quatre essais à la défense toulonnaise, pour un succès 34-24. À croire que le Vélodrome porte malheur aux Varois.

    Crédit photo : Icon Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *