Top 14 – Toulouse : Didier Lacroix reconnaît un pari dans le recrutement de Maxime Mermoz

Avec Theo Belan, Pierre Fouyssac et Pita Ahki, Maxime Mermoz aura la charge de faire oublier Yann David, Gaël Fickou et Florian Fritz, qui ont tous trois quitté le club ou pris leur retraite. A la différence de ses nouveaux coéquipiers, le centre international connaît bien les lieux, puisque c’est dans la Ville rose qu’il a commencé sa carrière professionnelle. En revanche, difficile d’affirmer qu’il est celui qui a le plus joué ces dernières années… Didier Lacroix en est conscient et reconnaît donc que son recrutement est un pari. « C’est quand même un joueur qui possède tous les arguments pour évoluer au Stade toulousain, explique d’abord le président toulousain à Midi Olympique. C’est évidemment un pari car il a connu certaines saisons plus difficiles mais sa valeur, ses aptitudes sont celles requises pour pratiquer notre jeu. C’est un passeur, avec une superbe vision du jeu. Et il a un côté compétiteur aiguisé. »

Didier Lacroix le connaît très bien

D’autant que Lacroix sait de quoi il parle quand il évoque l’ancien de Toulon, pour l’avoir entraîné en Espoirs à l’époque. Ce qui a forcément compté dans sa décision de le ramener à Toulouse. « Inévitablement, cela lui a donné un petit avantage par rapport à d’autres. Quand tu connais les individus, ça joue dans la décision. De surcroît en ce qui concerne Max dont la réputation a été de temps en temps entachée en raison de son caractère qu’on a parfois dit mauvais. »

Après une aventure anglaise mitigée d’un point de vue sportif, notamment en raison de pépins physiques, Mermoz (35 sélections avec le XV de France) apportera toute son expérience à la ligne de trois-quarts des rouge et noir.

 

Crédit photo : Icon Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *