Top 14 – UBB : Laurent Marti, « Avec Christophe Urios, la séparation des intérêts de nos clubs respectifs est bien claire »

Après la victoire bordelaise à Pierre-Fabre au match aller (32-13), l’UBB et le Castres Olympique se retrouvent ce samedi, cette fois à Chaban-Delmas (14h45). Un match spécial, évidemment, puisque Christophe Urios – qui expliquait ce vendredi comment il avait formé son staff – rencontre sa future équipe. « Il est hyper particulier mais c’est pour ça qu’il est hyper intéressant », estime Laurent Marti dans les colonnes de Sud Ouest.

Avant de poursuivre… « On est dans un contexte où on se parle quotidiennement avec Christophe Urios, on entretient une très bonne relation. Il est venu trois fois à Bordeaux mais il n’a jamais remis les pieds au centre d’entraînement depuis le jour où il a voulu visiter les installations après notre rencontre, car il y a du respect mutuel. »

Laurent Marti : « Urios était profondément vexé »

S’ils sont obligés de préparer le prochain exercice, le président bordelais et Christophe Urios sont avant tout focalisés sur la fin de saison intéressante qui les attend. « La séparation des intérêts de nos clubs respectifs est bien claire, assure Marti. On s’est parlé encore lundi, on s’est fait une toute petite blague sur le match mais on s’en est tenus là. Christophe est un mec droit, qui connaît le rugby, donc ça se passe naturellement. On sait de quoi on peut parler et de quoi on ne peut pas parler. »

Sur un plan plus sportif, le boss girondin sait parfaitement que le scénario du match aller – succès de l’UBB à 14 contre 15 – est encore dans les têtes castraises. Un levier de motivation supplémentaire. « On sait tous que Castres et Christophe ont le match aller en travers de la gorge. On en a reparlé, il était profondément vexé (…) Mais même si Christophe Urios ne venait pas à Bordeaux la saison prochaine, il ferait tout pour venir gagner ici. Je pense que ça ajoute encore plus de motivation car il veut mettre un point d’honneur à gagner ici, on le sait tous (…) Si on gagne, le droit à rêver continue. Si on perd, c’est qu’on était encore plus juste que ce qu’on pouvait penser. »

 

Crédit photo : Icon Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *