Top 14 – UBB : Laurent Marti répond à Vincent Etcheto

Le torchon brûlerait-il entre Vincent Etcheto et son ancien président à Bordeaux ? Alors que le premier nommé déclarait mardi à France Bleu que « le Bègles sans Vincent Etcheto a fait le même résultat que le Bègles avec Vincent Etcheto », Laurent Marti lui a répondu ce mercredi dans les colonnes de Sud Ouest. « Avec Vincent, nous avons vécu une belle aventure humaine. Quand je suis allé le chercher, il entraînait Boucau, avec qui il venait de descendre en Fédérale 2. A l’époque, il n’était pas prophète en son pays, puisque personne ne lui tendait la main à Bayonne, détaille-t-il. On a tenté de me décourager. Beaucoup craignait son image fantasque, voire de branleur. Mais le courant est passé de suite entre nous. Hélas, au bout de quatre mois, nous étions avant-derniers de Pro D2. J’ai donc fait appel à Marc Delpoux, qui a mis de l’ordre dans notre organisation et plus généralement dans notre jeu. Il avait cette faculté à savoir faire circuler le ballon. Delpoux a véritablement créé le jeu de l’UBB et nous a propulsés, d’autant que c’est lui qui m’a décomplexé en matière de recrutement de joueurs étrangers, alors que nous n’arrivions pas à faire venir de jeunes joueurs français. »

Pour le président de l’Union Bordeaux-Bègles, « il ne faut pas exagérer » le rôle tenu à l’époque par Etcheto, qui fut entraîneur des arrières de l’UBB de 2009 à 2015. « Vincent a amené beaucoup de bonne humeur, mais il ne faut pas exagérer son rôle. Il a perpétué le travail entamé avec Marc, mais je n’oublie pas qu’il a bénéficié de trois-quart exceptionnels, de deux ouvreurs (Lopez et Sanchez) de grande qualité et d’un demi de mêlée qui était peut-être le meilleur du championnat (Heini Adams). » Ces deux-là se retrouveront samedi à l’occasion de la rencontre entre Bordeaux et Bayonne (coup d’envoi à 18h30).

 

 

Crédit photo : Maxppp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *