Top 14 / ITW Jérémie Maurouard : « La Rochelle a des ambitions, tout comme moi »

C’est une saison compliquée que vit le club d’Oyonnax. Après s’être qualifiés pour les barrages et avoir échoué de peu face au Stade Toulousain (20-19) la saison dernière, les Haut-Bugistes occupent cette année l’avant-dernière place du Top 14…

Le talonneur de cette équipe Jérémie Maurouard – titulaire pour la rencontre entre Oyonnax et Grenoble cet après-midi – s’est engagé pour les trois prochaines saisons en faveur de La Rochelle. Il revient dans cette interview sur la situation de l’USO, et évoque également les raisons de son départ chez les Maritimes.

 

Jérémie, le Stade Rochelais a officialisé cette semaine votre signature pour les 3 prochaines saisons. Quels ont été les arguments et les motivations de ce choix ?

Jérémie Maurouard :  Les arguments qui m’ont poussé à faire ce choix sont le projet de La Rochelle – qui veut continuer à aller vers le plus haut niveau – et la proposition de rejoindre Patrice Collazo (co-entraîneur des espoirs du Racing Métro de 2009 à 2011 et actuel entraineur du club NDLR). Il m’a beaucoup aidé quand j’étais jeune et je lui dois beaucoup. J’ai des objectifs à atteindre et ce club peut m’aider à y parvenir. C’est une équipe qui a beaucoup d’ambition, ainsi qu’un public et une ville derrière lui.

  

À l’heure actuelle, il reste 7 matchs avant la fin du championnat. Comment s’annonce la fin de saison pour vous et pour Oyonnax ? Le maintien peut-il encore être acquis ?

 J.M. : Il reste sept matchs et j’ai envie de bien finir ici car Oyonnax, malgré le classement actuel, m’a permis de me faire connaitre davantage et de jouer. Malheureusement, les résultats ne sont pas au rendez-vous mais c’est la loi du sport. En tous cas, sur mon point de vue personnel, j’ai envie de bien terminer ici.

 

Oyonnax vit une saison compliquée. Comment se sent le groupe ?

J.M. : Quand tu sais que tu n’as pratiquement aucune chance de rester en Top 14, c’est dur mentalement. Mais il faut rester professionnel jusqu’au bout et on a envie de bien terminer la saison en cours.

 

« Je sais à quel point le public rochelais est derrière ses joueurs »


Quel message souhaiteriez-vous faire passer aux supporters, au club ainsi qu’à vos coéquipiers sur cette année passée à l’USO ?

J.M. : Tout d’abord, les remercier de leur accueil. J’ai vraiment rencontré des personnes formidables dans les bureaux du club, qui sont toujours là pour vous. Des supporters, avec qui j’ai pu échangé et, bien sûr, avec qui je resterai en contact car ils resteront mes amis. C’est une ville qui travaille et qui aime ça, les Oyonnaxiens vivent pour ce club, ils donneraient tout pour lui. Mais je suis déçu, en tant que nouveau, qu’on n’ait pas réussi à réaliser quelque chose. Les critiques des supporters étaient normales au vu de nos résultats et de l’envie qu’on ne mettait pas sur le terrain.

 

Parlons maintenant de votre futur club, La Rochelle, qui a réussi à faire sa place en Top 14. C’est donc pour vous un nouveau challenge ?

 J.M. : C’est un nouveau challenge, oui, un nouveau défi et j’aime ça ! J’y vais avec beaucoup d’envie et de volonté. Là où je suis passé et je passerai, je me donnerai toujours à fond. Je n’aime pas tricher et je n’ai pas été éduqué comme ça. J’ai des principes, quand je vais quelque part, c’est pour réussir quelque chose et je sais que La Rochelle a des ambitions, tout comme moi.

 

Le stade Marcel Deflandre est réputé pour son ambiance et sa convivialité. Quelles impressions avez-vous au sujet des supporters ? Pensez-vous que le fait de se sentir poussé par le 16ème homme peut vous apporter davantage de motivation ?

J.M. : Aujourd’hui, si un club existe, c’est grâce aux supporters. Quand tu es dans la difficulté pour gagner un match et qu’il ne reste que cinq minutes à jouer, bien sûr que le 16ème homme est important. Mentalement, cela t’aide et tu as envie de partager cela à la fin du match avec eux.  Je sais à quel point le public rochelais est derrière ses joueurs. C’est ce qui fait la force de ce club : il y a une ambiance, des passionnés. 

 

 

Propos recueillis par Fanny Haas

 

Crédit photo : Icon Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *