Trophées UNFP : Nos favoris pour la Ligue 1

A quatre jours de la cérémonie des Trophées UNFP, la rédaction de Tribune Sports donne sa liste des lauréats parmi les nommés en Ligue 1. Ceci n’équivaut en rien en une prédiction sur le verdict final mais porte sur un jugement qui se veut le plus objectif possible.

 

Meilleur joueur de Ligue 1

 

Les candidats : Hatem Ben Arfa, Lassana Diarra, Angel Di Maria, Zlatan Ibrahimovic.

 

La question ne se pose même pas Zlatan Ibrahimovic est très largement au-dessus du lot dans cette catégorie. Meilleur buteur du championnat de France – et de très loin – mais également meilleur passeur, le géant suédois du Paris Saint-Germain a littéralement marcher sur la Ligue 1 cette saison, à défaut de dominer l’Europe. Le tout en ratant les premières semaines de compétitions en raison d’une blessure au talon.

Elément moteur de leur équipe respective, Hatem Ben Arfa et Lassana Diarra ne déméritent pas mais élire un de ces deux prétendants reviendrait à dire qu’il n’y a pas eu un joueur meilleur qu’eux cette saison. Ce qui complètement faux si on prend en compte la saison de l’attaquant du PSG sur la scène nationale.

 

Meilleur gardien de Ligue 1

 

Les candidats : Vincent Enyeama, Anthony Lopes, Steve Mandanda, Kevin Trapp.

 

Contrairement à la catégorie précédente, celle-ci fait davantage l’objet de discussion. Il y a d’une part les gardiens efficaces rarement mis à contribution, Anthony Lopes et Kevin Trapp (portier de la meilleure défense de l’histoire du championnat de France malgré ses deux boulettes), et de l’autre les gardiens souvent mis en avant en raison de leur défense trop friable durant une majeure partie de la saison.

Puisqu’il faut en choisir un seul, la préférence irait en faveur de Vincent Enyeama. Le portier du Lille OSC a en effet été beaucoup plus régulier tout au long de la saison, hormis son erreur d’appréciation en finale de la Coupe de la Ligue.

Il n’y aurait cependant rien de scandaleux à voir Steve Mandanda conserver son trophée. Contraint aux miracles durant plusieurs mois en raison de sa défense passoire, le dernier rempart de l’Olympique de Marseille a toutefois connu une période de creux entre la fin mars et la mi-avril. L’un et l’autre ferait néanmoins un parfait lauréat.

 

Meilleur Espoir de Ligue 1

 

Les candidats : Ousmane Dembélé, Vincent Koziello, Thomas Lemar, Adrien Rabiot.

 

S’il fallait seulement opter pour la régularité sur l’intégralité de la saison, Vincent Koziello ou Adrien Rabiot se verrait très certainement remettre ce trophée. Mais l’éclosion phénoménale d’Ousmane Dembélé sur cinq petits mois, auront suffi à faire la différence tant le Stade Rennais aura dépendu de lui entre décembre et la fin de saison.

Voir un gamin de 18 ans porter tous les espoirs d’un club de l’élite, ce n’est pas commun. Le voir réussir sa mission aussi brillamment, cela l’est encore moins. Malgré un déchet évident dans le jeu, les statistiques et son impact sur le front de l’attaque rennaise plaident largement en sa faveur.

 

Meilleur entraineur de Ligue 1

 

Les candidats : Laurent Blanc, Thierry Laurey, Stéphane Moulin, Claude Puel.

 

Avec une telle mainmise du Paris Saint-Germain tout au long de cette saison de Ligue 1, difficile de ne pas voir Laurent Blanc logiquement récompensé. De là à dire qu’il s’agit véritablement du meilleur entraineur… la question mérite d’être posée.

Le coach du PSG est en tout cas celui qui réussit à écraser le championnat avec un effectif très largement au-dessus du lot. Ses failles tactiques sont cependant plus qu’évidentes. Preuve en est avec la défaite du Paris Saint-Germain en février dernier face à l’Olympique Lyonnais du côté du Parc OL, où il a été incapable de trouver une solution pour contrer le système d’un Bruno Génésio qui devait lui aussi composer avec de nombreuses absences ce soir-là.

Bien qu’il faille évidemment dissocier le championnat et la scène européenne, la gestion du cas Serge Aurier empiète sur les deux terrains. Exclu pendant plus d’un mois puis réintégrer directement en Ligue des Champions sans un retour préalable par la case Ligue 1, ce cas marque ainsi un manquement de la part de Laurent Blanc qui aurait dû aligner son joueur trois jours plus tôt afin de prendre la température sur ses capacités physiques.

Il en va de même pour le refus de David Luiz de céder sa place face à l’Olympique de Marseille… Bref, faire d’un mec le ‘Meilleur entraineur de Ligue 1’ alors qu’il est incapable d’avoir la main sur son groupe, cela serait tout de même un sacré aveu de faiblesse de la part de la France du football professionnel.

En face de Laurent Blanc, on retrouve un Claude Puel qui a su mener une bande de gamins vers les sommets en redonnant vie à Hatem Ben Arfa dans un rôle de chef d’orchestre… tout en déployant lui aussi du football spectacle durant une très large majorité de la saison.

Si le jugement porte uniquement sur le palmarès, le trophée revient inéluctablement à Laurent Blanc. Si les aspects tactique, managériale et psychologique doivent être pris en compte, alors Claude Puel doit le grand gagnant. Pour ce qui est de Thierry Laurey et Stéphane Moulin, c’est sympa d’avoir participer mais faire croire que l’un d’eux mérite le titre d’entraineur de l’année est quand même une sacrée blague.

Sans remettre en cause la qualité de leur travail, dire qu’il n’y a pas mieux sur le marché français que l’un de ces deux coachs serait être dans l’aveuglement le plus total ou dans la bienpensance absolue… Surtout que la majorité des personnes qui les défendent ne les connaissaient même pas au coup d’envoi de la saison.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *