Top 14 / USO – MHR : Montpellier a fait parler la poudre

Dans la dernière rencontre de la 18e journée de Top 14, Montpellier s’est très logiquement imposé sur la pelouse d’Oyonnax (31-10 ; mi-temps : 14-3). Le MHR a imposé sa puissance tout au long de la rencontre et n’a que très rarement été mis en danger, s’offrant même le luxe de décrocher le point de bonus offensif.

 

Le match : Montpellier à sa main

Les coéquipiers de Fulgence Ouedraogo ont-ils seulement été inquiétés dans cette rencontre ? Tout au long des 80 minutes, ils ont à merveille déroulé leur plan de jeu et ont su investir le camp de l’USO  – tout d’abord avec un jeu au pied d’occupation dans les premiers instants de la partie. Par la suite, les Montpelliérains ont su utiliser leur redoutable puissance – comme à la 30e sur plusieurs mêlées consécutives, entraînant le carton jaune à l’encontre d’Antoine Guillamon et l’essai du deuxième-ligne Paul Willemse (14-3).

Même l’essai du talonneur Jody Jenneker  au retour des vestiaires (42e) ne faisait pas fait trembler les hommes de Jack White, qui réagissaient quelques instants plus tard par l’intermédiaire de Benjamin Fall (46e), puis qui décrochaient le point de bonus offensif après l’heure de jeu grâce à Bismarck Du Plessis (65e), entré en jeu auparavant (31-10).

Luttant pour son maintien, Oyonnax pouvait-il vraiment rivaliser avec cette équipe montpelliéraine et son armada sud-africaine ? Il suffit de jeter un coup d’oeil à la feuille de match pour s’en convaincre : Spies, Liebenberg, Steyn ou encore Catrakilis titulaires, Bismarck Du Plessis, Jannie Du Plessis ou encore Akapusi Qera qui entrent en jeu… et un sentiment de puissance inébranlable. Jamais les Oyomen n’ont imposé leur patte sur ce match, butant constamment sur le mur bleu dressé devant eux…

Au final, avec ce succès bonifié, Montpellier grimpe à la 5e place et passe devant Toulouse, revenant à deux points du quatrième, Bordeaux-Bègles. De son côté, Oyonnax manque l’occasion de quitter la place de lanterne rouge et de se rapprocher du Stade français, premier non relégable.

 

La stat’

18 secondes. En première mi-temps, les Oyomen n’ont passé que 18 petites secondes dans les 22 mètres montpelliérains… Les seuls points inscrits par Oyonnax en première mi-temps étaient l’oeuvre du demi d’ouverture Quentin Etienne, avec une pénalité de près de 50 mètres (10e).

 

 

Crédit photo : Icon Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *