XV de France : Pour Fabien Galthié, la « concurrence est un désavantage » au poste de demi de mêlée

Sébastien Bézy, Baptiste Serin, Maxime Machenaud, voire même Morgan Parra… Au poste de demi de mêlée, le XV de France semble plutôt bien équipé, et ce pour les années à venir. Et pourtant, difficile encore de distinguer un titulaire indiscutable : Sébastien Bézy avait une longueur d’avance durant le dernier Tournoi des 6 Nations, avant l’éclosion de Baptiste Serin. Pour le consultant Fabien Galthié (ancien numéro neuf des Bleus entre 1991 et 2003), « cette concurrence accrue est un désavantage ».

Galthié : « Pourquoi cette difficulté à dégager un titulaire? »

« Il y a dix mois, Sébastien Bézy était partout considéré comme le demi de mêlée porteur du nouveau projet de jeu des Bleus. Dix mois après, sans être vraiment passé à côté d’un match (à part dans son rôle de buteur), il ne figure pas dans le groupe qui va affronter les Samoa samedi, analyse Galthié dans les colonnes de L’Équipe ce jeudi. Beaucoup s’accordent à dire que le poste le plus fourni en qualité en France est celui de numéro 9 et pourtant, à l’image de Bézy, aucun ne s’impose en bleu sur la durée. Depuis novembre 2013, on a vu passer, dans le désordre, Pélissié, Machenaud, Doussain, Parra, Tillous-Borde, Kockott, Serin et Bézy, donc. Pourquoi cette difficulté à dégager un titulaire? À mon sens, cette concurrence accrue est un désavantage. Elle pousse les sélectionneurs à changer le titulaire plutôt que de lui laisser le temps nécessaire pour acquérir la connaissance, la vitesse et l’intensité du niveau international, alors même qu’en France, davantage qu’ailleurs, ce joueur est considéré comme un meneur de jeu de son équipe. »

 

 

Crédit photo : Icon Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *