XV de France / Test-match : Après les promesses, la victoire ?

Après avoir livré une prestation encourageante la semaine dernière malgré la défaite, le XV de France joue ce samedi soir (coup d’envoi à 20h10) son deuxième et dernier test-match de l’été face aux Pumas. Avec une équipe complétée par certains joueurs expérimentés, les Français chercheront à confirmer le visage « séduisant » affiché à Tucuman, voire même à décrocher la victoire ! Voici les quatre points à savoir à quelques heures de cette rencontre.

 

Le retour aux affaires des cadres

Comme on pouvait s’y attendre, Guy Novès et l’ensemble de son staff ont effectué certaines rotations au sein du XV de départ français pour ce second test-match, en y intégrant des éléments plus expérimentés notamment. Au centre de l’attaque tricolore, Gaël Fickou (20 sélections) et Rémi Lamerat (7 sélections) succèdent par exemple à Jonathan Danty (4 sélections) et Julien Rey (1 sélection). Rentré en cours de match dimanche dernier, Louis Picamoles (5 défenseurs battus à Tucuman, 53 sélections) est titulaire, tout comme Maxime Médard à l’arrière (46 sélections).

 

La confirmation pour les « nouveaux » ?

Si sept changements ont été effectués pour ce deuxième test-match, certains novices sont confirmés dans leurs fonctions par le staff tricolore : c’est notamment le cas pour le demi de mêlée Baptiste Serin – obligeant Sébastien Bézy à prendre place sur le banc des remplaçants – pour le talonneur Rémi Bonfils ainsi que pour le deuxième ligne Julien Le Devedec, eux qui fêtaient leur première sélection le week-end dernier. « Quelques joueurs ont marqué des points et on a un peu changé notre fusil d’épaule. On a voulu voir si certains étaient capables de réitérer leur performance », justifie Novès sur le site de la FFR.

 

Maestri, première

Appelé à court terme à devenir le successeur de Thierry Dusautoir dans ce rôle au Stade toulousain, Yoann Maestri sera pour la première fois de sa carrière capitaine du XV de France ce samedi soir, profitant de l’absence de Guilhem Guirado notamment. Une responsabilité qui n’a pas l’air de bouleverser le deuxième ligne, qui assure que son rôle sera « le même« . « On a un manager et des entraîneurs d’expérience, des joueurs aussi. Guilhem (Guirado) a très bien montré la voie pendant le Tournoi avec très peu de mots, par son attitude sur le terrain. Je ne me mets pas de pression supplémentaire, a expliqué ce dernier à L’Équipe. Pour le match oui, mais pas sur ce rôle. » Maestri ne devrait donc pas être annihilé par cette responsabilité.

 

Une prestation à confirmer

Malgré la défaite la semaine dernière (19-30), les Français – avec une équipe rajeunie – ont livré une prestation encourageante. S’ils se montrés trop indisciplinés dans les 20-25 dernières minutes de la partie, amenant notamment le carton jaune de Jefferson Poirot (61e), les hommes de Guy Novès n’ont au total commis « que » 7 fautes (soit deux fois moins que les Pumas). Autre vrai motif de satisfaction : la conquête. Impeccable en touche et en mêlée, l’équipe de France avait parfaitement su rivaliser avec les Argentins dans ce secteur. « Il y a eu des choses très positives : la touche a été parfaite, la mêlée très bonne même s’il y en a peu eu face à des Argentins très joueurs comme on s’y attendait. Nous avons aussi pas mal entrepris, même si nous avons eu moins de liant qu’eux », se réjouissait d’ailleurs Maestri, des propos rapportés par L’Équipe. Des progrès à confirmer dès ce samedi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *